Avez-vous déjà vu… une Communarde ?

On vous a déjà parlé de la place des femmes dans la Résistance (ou bien vous avez tout simplement admiré Mélanie Laurent dans Inglorious Bastards !), Marianne est le symbole de notre glorieuse Révolution, et les exploits de Jeanne d’Arc ont battu et rebattu vos oreilles… Mais avez-vous déjà vu ou entendu parler des Communardes ?

Pour décrire les Communardes, eh bien il faut déjà décrire la Commune de Paris, alors faisons un peu d’Histoire !

« Histoire et boulets de canons »

La France est en guerre contre la Prusse depuis juillet 1870. Suite à la capture de Napoléon III par les prussiens à Sedan, le Second Empire s’effondre et la Troisième République est proclamée le 4 septembre 1870. C’est ainsi que du 18 septembre au 28 janvier 1871, la Capitale se retrouve assiégée par les troupes Prussiennes. Le 8 février suivant, une Assemblée nationale est élue, et Thiers (retenez-bien ce nom !) est nommé chef de l’exécutif. Le 1er mars, le Traité de Versailles est ratifié par l’Assemblée, ce qui permet à Thiers de multiplier les provocations à l’encontre du peuple de Paris.

06
Jacques Tardi, Le Cri du Peuple

La classe ouvrière est surexploitée, les femmes quant à elles sont deux fois moins bien payées que les hommes, et les tickets de rationnement rendent l’hiver particulièrement insoutenable. C’est dans ce contexte que le 18 mars 1871, lorsque les troupes nationales sont venues pour prendre les canons de Montmartre pour menacer les parisiens, le peuple s’est insurgé. Après avoir repris les canons, un Comité Central se forme, et le 28 mars, suite à des élections, la Commune de Paris est proclamée.

En résumé : nous avons d’un côté les Versaillais (qui au lieu de combattre les Prussiens préfèrent combattre le peuple affamé) dont le grand Chef est Thiers, et de l’autre les Communards, aussi appelés les Fédérés, organisés par un Comité Central.

La Commune c’est quoi?

thumb-une

Le Comité central de la Commune a très vite mis en place des décrets afin d’assurer le retour aux libertés (parce que non, même si la République était proclamée, les Libertés n’étaient pas toutes mises en place!). C’est ainsi que très vite: l’Etat et l’Eglise ont été séparés pour la première fois (et bien avant la loi de 1905!),  la Liberté de la Presse a été proclamée, et les loyers abandonnés par leurs riches propriétaires ont été réquisitionnés pour loger les parisiens. Quant au travail, le salaire des enseignants a été augmenté, le salaire est devenu égal entre les hommes et les femmes (aujourd’hui on l’attend encore!), et le temps de travail a été réduit à 10h par jour (ce qui était une énorme avancée à l’époque). En plus de tout cela, des mesures ont été prises pour faire vivre la Culture et pour la rendre accessible à tous et toutes (ouverture des musées et des bibliothèques, cours d’éducation populaire, projet d’une instruction gratuite, laïque, MIXTE et intégrale etc.).

« Où sont les femmes? »

l-aristocrate-fantome-1444214371
Communardes

Si la Commune est révolutionnaire, c’est aussi par la capacité des femmes à être présentes dans les combats, et par leur analyse les conduisant à poser des revendications en matière d’égalité entre femmes et hommes. Elles se sont réunies dans « L’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés » le 11 avril 1871.

« Nous voulons le travail pour en garder le produit. Plus d’exploiteurs, plus de maîtres », « toute inégalité et tout antagonisme entre les sexes constituent une base de pouvoir des classes gouvernantes » (Appel aux citoyennes, Journal officiel du 11 avril 1871)

Cette Union publie des manifestes et organise des réunions publiques dans les arrondissements et quartiers de la capitale, pour réunir toutes les travailleuses et pour leur donner un moyen de s’exprimer. L’Union a ainsi obtenu l’égalité salariale, des Aides sociales aux mères non mariées, elle a mis en place une politique de crèches (pour que les femmes puissent aller travailler), ainsi que des cours du soir pour adultes. En plus de tout cela elle réclame l’organisation d’ateliers autogérés, et l’abolition de la prostitution!.

Le fabuleux destin de Victorine Brocher

Kz27Q1I6fMiLFwFaTdsHOaaRdqo

Parmi ces héroïnes, la plus connue est Louise Michel (elle s’est énormément investie dans le Comité Central, et dans la lutte contre les Versaillais). Il y a un an, les éditions Libertalia publiaient les écrits d’une autre Communarde, Victorine Brocher. Ce petit bout de femme écrit ce qu’elle vit au jour le jour pendant la Commune. Elle parle en toute simplicité de son investissement en tant que cantinière et ambulancière, et elle décrit aussi les violences de la guerre contre les Versaillais, et de la Semaine Sanglante de façon poignante (durant une semaine les Versaillais ont massacré les Fédérés et ont écrasé la Commune). Je vous conseille vraiment de lire Souvenirs d’une morte vivante, c’est à couper le souffle…

Il y a quelques années, Wilfrid Lupano rendait lui aussi hommage aux Communardes en publiant des Bandes dessinées sur le destin de femmes de la Commune! Les images sont époustouflantes, et l’histoire des héroïnes s’inscrit magnifiquement dans cette période de l’Histoire de France, hélas bien trop souvent oubliée de nos manuels scolaires…

Je vous laisse sur ces mots de Jean Ferrat:

« Il y a cent ans commun, commune,
Comme un espoir mis au charnier
Ils voyaient mourir la Commune
Ah ! Laissez-moi chanter Potier
Il y a cent ans commun commune
Comme une étoile au firmament
Ils s’éteignaient pour la Commune
Ecoute bien chanter Clément »

ERIZA

Pour aller plus loin: 
- Wilfrid LUPANO, Communardes, Vents d'Ouest, 2015-2016, 3 Tomes
- Victorine BROCHER, Souvenirs d'une morte vivante, Paris, Libertalia, 2017
- Jacques TARDI, Le Cri du peuple, Paris, Casterman, 2001-2005, 4 Tomes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s