« Chat noir, chat blanc » : un film déjanté à voir cet été !

Il y a maintenant 20 ans, Emir Kusturica – grand cinéaste franco-serbe – sortait le film Chat noir, chat blanc. Cette comédie haute en couleurs et en fous rires vous surprendra et vous séduira ! L’histoire est complètement folle (comme les personnages), et le milieu est totalement dépaysant. Emir Kusturica nous emmène au plus près de la vie de gitans qui vivent en Serbie, sur les rives du Danube…

zare.jpgCe film raconte principalement l’histoire de Zare, un jeune homme qui essaye tout simplement de vivre tranquillement, entre son père Matko, qui est toujours dans les magouilles, et Ida, la jolie fille dont il est amoureux… Mais bon, vous découvrirez bien assez vite sa merveilleuse histoire… 😉

« Déjanté : ce film l’est autant par ses personnages – tous plus fous les uns que les autres – que par son histoire, et par la manière dont il est réalisé. La musique thème du film annonce déjà la couleur : Djinji Dinji Bubamara. Le scénario est extrêmement bien pensé, bien ficelé, et le réalisateur s’amuse à nous montrer des scènes, ou des motifs qui reviennent tout au long du film.

Il y a énormément d’échos entre les scènes : par exemple on voit sans arrêt des troupeaux d’oies sauvages courir entre les personnages. Comme le présage le titre du film, on voit aussi très souvent des scènes avec un chat noir et un chat blanc.

299496

La scène qui revient et que je trouve la plus drôle – et la plus désolante à la fois – est une scène dans laquelle une énorme truie mange la carcasse d’une voiture abandonnée au bord du fleuve…

Le réalisateur joue aussi avec le comique de répétition, lorsqu’il fait agir les personnages : ils annoncent parfois des éléments, créant un effet d’attente, ou bien ils reproduisent les mêmes « bêtises ». Ce qui est agréable c’est qu’on ne rie pas tant d’eux mais avec eux !

385633.jpgEt ces personnages sont véritablement attachants : Zare et Ida s’ennuient et veulent seulement vivre leur jeunesse pour s’amuser et être heureux, le jeune homme géant nommé Grga Veliki veut épouser uniquement une femme pour qui il aura eu « le coup de foudre », et les deux grands-pères Zarije et Grga ne demandent qu’à se retrouver et à profiter de leur vieillesse…

magouilles.jpgLa génération qui les sépare est quant à elle plus inconsciente : Matko, le père de Zare, est toujours fourré dans les mauvais coups, et se fait avoir comme un benêt, et Dadan profite sans cesse des autres pour vivre dans toujours plus d’opulence…

En résumé, les grands-parents sont associés à l’amitié, les parents aux magouilles, et les petits-enfants à l’amour, mais au final ce qu’Emir Kusturica montre c’est que ces générations très différentes sont toutes pleines de vie et d’énergie !

Alors à vos écrans, pour voir ou revoir ce film extraordinaire!

ERIZA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s