Apollinaire aimait-il la guerre?

ApollinaireGuillaume Apollinaire c’est ce genre de génie qui sait autant fasciner les artistes de sa génération que ravir les lecteurs d’aujourd’hui. Nul doute que je lui porte une affection toute particulière à ce cher Guigui, en effet ses poèmes sont à la fois modernes et taquinent avec douceur le passé, un véritable amour pas vrai?

Or, une des choses étonnante chez Apollinaire reste un amour surprenant pour la guerre, surprenante lorsque l’on sait que comme beaucoup d’hommes de son époque le poète a participé à la guerre de 1914-1918, une participation qui lui valu une blessure grave à la tête et une maladie qui le tuera des années plus tard.

Mais, surprise! que peut-on constater au fil des pages de Calligrammes.

La nuit d’avril 1915

À L. de C.-C.

LE ciel est étoilé par les obus des Boches
La forêt merveilleuse où je vis donne un bal
La mitrailleuse joue un air à triples-croches
Mais avez-vous le mot
Eh ! oui le mot fatal
Aux créneaux Aux créneaux Laissez là les pioches

Comme un astre éperdu qui cherche ses saisons
Cœur obus éclaté tu sifflais ta romance
Et tes mille soleils ont vidé les caissons
Que les dieux de mes yeux remplissent en silence
Nous vous aimons ô vie et nous vous agaçons

Les obus miaulaient un amour à mourir
Un amour qui se meurt est plus doux que les autres
Ton souffle nage au fleuve où le sang va tarir
Les obus miaulaient
Entends chanter les nôtres
Pourpre amour salué par ceux qui vont périr

Le printemps tout mouillé la veilleuse l’attaque
Il pleut mon âme il pleut mais il pleut des yeux morts
Ulysse que de jours pour rentrer dans Ithaque
Couche-toi sur la paille et songe un beau remords
Qui pur effet de l’art soit aphrodisiaque
Mais
orgues
aux fétus de la paille où tu dors
L’hymne de l’avenir est paradisiaque

 

Certes, la violence de poètes tels que Rimbaud et Baudelaire étant franchement assumée elle nous semble finalement presque moins choquante.  Une violence qui de premier abord ne se retrouvait pas dans des poèmes comme ceux d’Apollinaire. Pourtant on ne peut qu’être troublé de sa capacité à tirer des horreurs de la guerre, un poème d’amour. Cet amour, il le porte à sa maîtresse mais aussi à la guerre, une guerre qui semble être pour lui l’occasion d’acheter son appartenance à la nation française, lui qui a souffert de nombreuses attaques au sujet de ses origines douteuses au moment de son incarcération à la prison de la Santé suite du vol des statuettes du Louvre.

Alors, que doit-on penser d’Apollinaire? Peut-on voir en lui un défenseur de cet horrible conflit qu’est la première guerre mondiale?

738_apo2

A cela il serait possible de répondre que tout, dans l’oeuvre du poète, est toujours susceptible de faire l’objet d’une sacralisation autant que d’une désacralisation. Autodérision et ambiguïté est clairement un terrain de jeu pour lui. Alors, il est définitivement impossible de trancher.

Mais si vous êtes déçus dites-vous qu’Aragon lui-même fit ce triste constat, pour autant il lui dédia tout de même cette oraison funèbre publiée par la revue SIC (janvier-février 1919):

« La légende se créait autour de lui, nimbe doré qu’on voit aux Césars de Byzance. D’elle seule je me souviendrai, soucieux biographe de l’unique beauté qu’il semait sous ses pas, pour que périsse à tout jamais ce cadavre d’homme privé, et que subsiste au creux du chêne l’enchanteur Apollinaire. »

Un commentaire sur « Apollinaire aimait-il la guerre? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s